Tout savoir sur un passage à niveau

 

Priorité du chemin de fer sur les usagers de la route.

Ce principe permanent de la règlementation française est inscrite aujourd'hui dans le Code de la route.

L'article R422-3 du code de la route indique :

  • Lorsqu'une voie ferrée est établie sur une route ou la traverse à niveau, la priorité de passage appartient aux matériels circulant normalement sur cette voie ferrée.
  • Aucun conducteur ne doit s'engager sur un passage à niveau si son véhicule risque, du fait de ses caractéristiques techniques ou des conditions de circulation, d'y être immobilisé.
  • Tout conducteur doit, à l'approche d'un train, dégager immédiatement la voie ferrée de manière à lui livrer passage.

On dénombre 15 000 passages à niveau en France (sur le réseau ferré exploité).

Les passages à niveau se situent sur différents types de routes :

  • Routes nationales : 1%
  • Routes départementales : 32% 
  • Voies communales : 67%
Les passages à niveau en France sont traversés chaque jour par 16 millions de véhicules.
 
Plus de 60% des passages à niveau du réseau ferré national sont équipés de dispositifs automatiques (feux et/ou barrières). Cela représente près de 450 000 fermetures permettant le passage d'un train.
En France, comme dans de nombreux pays européens, le passage à niveau se ferme en moyenne 25 à 60 secondes avant le passage du train, et sa fermeture n'excède jamais quelques minutes.
 

Un passage à niveau n’est pas un carrefour comme un autre, mais il n’est pas dangereux si on le traverse en respectant le code de la route.

  • Un train roule vite, jusqu’à 160 km/h sur les voies avec des passages à niveau, même en ville.
  • Il n’a pas le temps de s’arrêter lorsqu’il voit un obstacle. Il est très lourd, 1 500 tonnes, voire plus. Ainsi, un train lancé à 90 km/h met 800 mètres pour s’arrêter, soit 10 fois plus qu’une voiture. 
 
Certains passages à niveau sont considérés comme étant prioritaires, et ont été inscrits au programme de sécurisation national, programme défini par l’Etat et l’instance nationale des passages à niveau en 1997. Cette instance se réunit deux fois par an.
Il s’agit de points de croisement ayant connu plusieurs incidents par an ou ayant des trafics routiers et ferroviaires élevés. 
 
En 2018, on compte 155 passages à niveau inscrits au programme de sécurisation national (contre 437 en 1997), dont la quasi-totalité est équipée de feux à diode permettant une meilleure visibilité.
 
SNCF Réseau fait de la sécurité aux passages à niveau une de ses priorités et renforce chaque année sa politique de sécurisation et de prévention aux abords des passages niveau.